Businesswoman ET maman, mais comment font ces superwomen ?

© MG

Boulot, maison, enfants, quotidien, courses… Mais comment font ces femmes pour gérer carrière et vie perso avec brio ? Pour jongler entre les réunions et les biberons ? Entre les meetings et les sorties scolaires ? Même si ce sont de vraies superwoman du quotidien, elles n’ont pas pour autant de pouvoirs magiques !

Mélanie est Parisienne, maman de deux (grands) enfants et a un gros job dans une agence de design très réputée. Une superwoman qui gère seule le quotidien… Séverine vit à New York avec son mari et ses deux petits et bosse dans une boîte américaine spécialisée dans les études marketing. Voici leur histoire…

À quoi ressemble le quotidien d’une superwoman qui doit se partager entre sa vie de famille et sa carrière dans une ville trépidante et stressante comme Paris ou une ville qui ne s’arrête jamais comme New York ?

Grands enfants obligent, ils sont tous super autonomes et responsabilisés chez Mélanie. Chacun a sa clé et chacun vit sa petite vie. « Mais on prend toujours le petit dej ensemble, tous en pyjama. On essaye de respecter ce petit moment à trois, même si on est pas très réveillés et donc pas très bavards ! » Départ en même temps pour le collège, le lycée et le bureau. Directrice de la création dans une grande agence de design, Mélanie doit gérer une équipe de créa, les faire réfléchir et progresser, définir les stratégies de marques, le positionnement de l’agence… Ce n’est pas de tout repos ! De retour à la maison, c’est vérification des devoirs et préparation du dîner : « On dîne ensemble et ensuite, chacun fait son truc ! La semaine, on se voit aux repas. Je me rattrape un week-end sur deux (quand ils ne sont pas chez leur papa) et pendant les vacances qui sont sacrées… »

Une journée typique en semaine ? C’est la course ! « Le matin, on se lève vers 7h30. On petit-déjeune en famille, je prépare la lunch box du grand, on habille tout le monde. Généralement, le grand part avec son papa a l’école en courant à 8h30. C’est moi qui dépose le petit vers 9h. » Puis direction le boulot. Séverine est Senior Research Manager pour une entreprise américaine et manage des projets et des clients toute la journée. « Le soir, je pars en courant du bureau à 17h20, récupère celui de 4 ans à 17h45, puis file chercher celui de 8 ans au centre aéré de l’école. » Puis s’enchainent vérification des devoirs, cuisine, diner, douche, lecture et extinction des feux à 21h. « Et malheureusement, il arrive souvent que je finisse ma journée de travail ou que j’anticipe celle du lendemain une fois que les enfants sont couchés. »

Comment concilier un job avec des responsabilités, une équipe à manager et des horaires de dingue et une vie de famille avec tout ce que ça comporte (enfants, courses, quotidien) quand on est pas magicienne ? Ou Shiva ? Ou superwoman ? Ou doté du don d’ubiquité ?

« C’est compliqué… Ma vie professionnelle me prend beaucoup de temps… » L’ainée est grande et se gère évidemment toute seule, mais le second a besoin d’un petit coup de pouce pour les devoirs : « C’est une prof qui vient deux soirs par semaine chez nous pour gérer ce qu’il y a à faire pour le lendemain et pour anticiper un peu les devoirs de la semaine. » Chez eux, on profite de temps tous ensemble surtout pendant les vacances puisque Mélanie a négocié de pouvoir prendre des jours à chaque période de vacances scolaires. « Quand on part en voyage, on vit collé-serré pendant une semaine ! En Bretagne, dans la maison familiale, chacun a son rythme mais on a l’obligation de prendre les repas ensemble. » Et parfois la vie perso se télescope inévitablement avec le boulot : « L’un des enfants appelle et comme je travaille en open-space, tout le monde profite de la conversation, même lorsqu’il faut me fâcher pour une mauvaise note ! » 

Pour Séverine, sa définition du bonheur tient dans un bon équilibre entre la vie professionnelle et personnelle, la vie de couple et la vie de famille. « Mon boulot est plutôt flexible et les horaires cool, donc je m’en sors pas mal. Je suis toujours rentrée à 18h30. » Avec un réseau de babysitters francophones pour gérer la sortie d’école et les jours de maladie. L’ainé sort de l’école en tout début d’après-midi : pratique pour les mamans qui travaillent ! « Il va à l’afterschool jusqu’à 18h, sauf le vendredi où l’une de mes babysitters lui donne des cours de français. » Si les Américains ne sont pas connus pour la quantité de congés payés, Séverine arrive tout de même à prendre 15 jours de vacances deux fois dans l’année pour rentrer en France. « Sinon, on profite de longs week-end pour explorer le pays en famille : aux États-Unis, dès 3 jours consécutifs sans travailler, on parle de vacances ! »

Et trouver du temps pour soi dans ce quotidien agité et pressé ?

Profiter de Paris ? « Pas autant que je pourrais ou voudrais le faire. J’arrive en fin de semaine trop crevée ! » Le week-end, c’est détente, séries, tout ce qui n’a pas eu le temps d’être fait pendant la semaine. « Les samedis et dimanches, j’ai besoin de souffler, je suis trop contente d’avoir une journée sans rien faire ! »  Et le temps pour elle, ce n’est pas manucure, mais plutôt shopping dans les boutiques du quartier ! « Je me réserve une soirée par semaine pour sortir où les enfants se font réchauffer un plat et un soir du week-end avec les copines. »

 

« Je me suis mise a courir… Je cours une fois dans le week-end dans Central Park et je ne loupe pas mon cours hebdomadaire de yoga non plus. » Séverine avoue avoir fait une croix sur les séances shopping, se concentrant plutôt sur l’achat en ligne ! « Mais je ne rate pas mes soirées entre filles, celles avec des amis blogueurs et les rendez-vous mensuels avec les groupes de Français dont ceux de l’association Accueil New York dont je suis membre. »

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*