Les Misérables, le concert

© Philippe Fretault

Je vous l’avais déjà annoncé il y a quelques mois, nous guettions avec impatience l’arrivée de la troupe à Paris comme le retour des beaux jours et nous avons enfin assisté au spectacle hier soir… Et ? Et c’était même mieux que ce à quoi on s’attendait, c’est dire !

Les Misérables, c’est l’un des tout premier spectacle que j’ai vu : c’était en 1991 au théâtre Mogador… Et je crois bien que c’est depuis ce jour que je suis aussi fan des comédies musicales. Je dois avouer que je préfère les shows à l’américaine, j’ai eu la chance d’en voir beaucoup à Broadway et je trouve que l’on a toujours du mal à retrouver la même énergie en France. Les Miz, je l’ai vu à Londres, je connais les chansons en anglais et j’étais assez curieuse de vois ce que ça donnait dans la langue de Molière…

Rappelons tout de même que la toute première version des Misérables est française, le livret anglais ne sortira qu’en 1985, soit 5 ans après la mise en scène de Robert Hossein. Le show a depuis connu un succès mondial avec plus de 70 millions de spectateurs et des records de longévité à Broadway et West End. Mais rendons à César ce qui appartient à César !

Revenons à nos moutons… Donc les Misérables reviennent en France. Pour 3 soirées exceptionnelles à Paris et en tournée dans toute la France. Mais ce n’est pas une version dansée, avec des décors de barricades et d’auberges dépravées… C’est une version Concert : l’orchestre symphonique est sur scène et les chanteurs, tous lyriques ou semi-lyriques, chantent face à un micro, devant les spectateurs. Ça ne vous fait pas rêver ? Détrompez-vous : les musiciens sont magistraux, menés d’une main de maître par une chef d’orchestre qu’on ne se lasse pas de regarder. Et quel bonheur de pouvoir les admirer, pour une fois qu’ils ne sont pas cachés dans la fosse ! Les chanteurs – tous exceptionnels – sont en tenue d’époque et évoluent gracieusement le long de cette scène dans une chorégraphie qui nous fait complètement oublier la présence du micro. Et un formidable jeu de lumière vient guider les spectateurs et amplifier les émotions.

Vous l’aurez compris : on a adoré !

Coup de cœur pour Xavier Mauconduit, le chanteur qui joue Jean Valjean : un tenor lyrique avec une voix de velours… Et quelle puissance ! Mais aussi pour la voix tout en émotion de Ida Graffin, la superbe Fantine.

Petit bémol : un peu déçue par la traduction française de On My Own qui devient un peu niaise et qui perd de sa saveur. Mais ce n’est que mon avis, sûrement faussé par le fait que la version anglaise est sûrement l’une de mes chansons préférées !

 

Pour voir les Misérables en concert, retrouvez toutes les dates en France sur le site

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*