Macaron vs Cupcake : à chacun sa spécialité nationale !

© Instagram Pvpirpiris27 pour Ladurée / MG pour Baked by Melissa

La France est fière de ses immeubles haussmanniens, de son camembert, de son croque-monsieur… Les États-Unis ne renieraient jamais leurs gratte-ciels, leur cheddar et leurs hotdogs. Et pour la version sucrée ? Celle qui finit un repas, accompagne un thé/latté, ou s’offre aux grand-mères le dimanche après-midi ? Macaron et cupcake arrivent en tête, que l’on soit à Paris ou à New York !

La petite histoire du macaron… Précisons les choses tout de suite : nous n’avons pas inventé le macaron. Il est né bien avant nous, nos parents, nos grand-parents et toute la branche généalogique réunie : il daterait du Moyen-âge où il n’était qu’un simple gâteau à base de sucre et de pâte d’amande. Une simple coque. Il faudra attendre le mariage de Catherine de Médicis avec le futur roi de France pour que le macaron passe la frontière. Au Second Empire, les cafés et les salons de thé fleurissent partout dans Paris et le macaron – enrichit de confitures, de liqueurs, d’épices – devient la folie de ces dames. Et ce n’est que dans les années 1830 que le macaron trouvera sa moitié et deviendra celui que l’on connaît aujourd’hui.

Le succès du macaron :  Depuis, le macaron n’a cessé de se réinventer grâce à des pâtissiers talentueux comme Pierre Hermé. Parfumés à la rose, à la violette et cassis, au piment d’Espelette, les recettes rivalisent de gourmandise et d’originalité. Depuis les années 2000, on trouve ainsi des macarons avec un cœur au parfum différent de celui de la coque : pêche-rose, café-spéculos ou encore citron vert-basilic ! Il en existe même des versions salées. Les macarons sont devenus la gourmandise incontournable de ces dernières années.

Les meilleurs macarons de Paris : Ladurée, bien évidemment ! C’est d’ailleurs lui qui a rendu le macaron vraiment populaire dans les années 30. Ses incontournables : chocolat, citron, caramel à la fleur de sel, framboise, fleur d’oranger. Son packaging vert poudré est reconnu dans le monde entier. Pierre Hermé est aussi devenu une référence dans l’univers du macaron. Il dit que « Les macarons n’ont que quelques grammes pour mettre nos sens en émoi. » Ses incontournables : pétales de rose, chocolat au lait et fruits de la passion, thé vert Matcha, jasmin… Impossible de tous les nommer ! Spécialisé dans le chocolat, Jean-Paul Hévin a décliné plusieurs gammes de macarons chocolat comme le Fortissimo (crème brûlée, café…). Avec près de 300 ans d’expérience, Dalloyau est toujours au top : ses macarons sont à l’ancienne, avec une meringue à la fois tendre et croustillante. Et Carette, une véritable institution, propose des macarons – souvent à base de fruits – dont la garniture est riche et puissante. Et vous quels sont vos macarons préférés ?

 

La petite histoire du cupcake… L’origine du cupcake est bien évidemment… américaine ! Ce gâteau composé d’une base de quatre-quart et d’un glaçage est mentionné pour la première fois dans un livre de recettes en 1828. Son nom viendrait de l’unité de mesure employée à cette époque : la cup (ou  tasse). À l’origine, le glaçage était salé (cream cheese) mais il s’est peu à peu transformé en un glaçage sucré avec, par exemple, de la crème au beurre. Très populaires dans les années 50, les cupcakes étaient le gâteau par excellence des (desperate) housewives qui les cuisinaient pour toutes les occasions : Noël, kermesses scolaires, anniversaires, Halloween, Thanksgiving… Le cupcake est ensuite tombé en désuétude.

Le succès du cupcake : Ce n’est qu’au début des années 2000 qu’il retrouve ses lettres de noblesse, notamment grâce à la série Sex and The City, où Carrie et ses trois BFF (Best Friends Forever pour celles qui ne suivent pas) dégustaient leur cupcake acheté dans la boutique Magnolia Bakery. Le cupcake est alors devenu le gâteau à la mode, une expérience transgénérationnelle qui dépasse la sphère culinaire et qui traverse les frontières. Depuis quelques années, la cupcake mania a aussi envahit la France.

Les meilleurs cupcakes de New York : Impossible de ne pas mentionner la fameuse Magnolia Bakery dont la crème est très légère et peu sucrée (ce qui est déjà un pari gagné pour un cupcake !). Ses incontournables : le Red Velvet au goût de chocolat, le Hummingbird (banane et ananas) et le Pistachio. Les minis de Baked by Melissa sont à tomber : en une bouchée, ils sont avalés, ce qui présente l’avantage de pouvoir en goûter plusieurs. Ses incontournables : le Tie&Dye, le Cookie Dough et celui au beurre de cacahouète ! Chez Molly’s cupcakes, on choisi son parfum, son glaçage et son topping. Du sur-mesure pour ces cupcakes dont l’apple pie et le pumpkin spice sont les plus vendus…  Eleni’s cupcake propose des cupcakes délicieux, très moelleux, mais légèrement plus sucrés que les précédents. Enfin Sprinkle Cupcakes se devait d’être dans cette sélection : la taille du gâteau est généreuse et le glaçage aérien. Celui au citron avec sa note d’acidité est une vraie réussite, mais il reste tout de même difficile d’arriver au bout !

Psssst. . . Il paraît que c’est grâce au film Marie-Antoinette de Sofia Coppola que le macaron est aujourd’hui connu dans le monde entier ! Comme quoi, le succès tient à bien peu de chose… 2 heures et 7 minutes ! Et si vous êtes plutôt un bec salé, c’est par ici

 

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Top 5 des souvenirs ringards de Paris et de New York

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*