Speakeasy : Top 10 à Paris et à New York

© Facebook Ballroom / Beauty & Essex

Profitez donc de ces quelques jours de repos bien mérités pour découvrir les meilleurs speakeasy de Paris et de New York… Si ces bars à cocktails cachés existent déjà depuis quelques années dans la Big Apple, ils fleurissent désormais aussi à Paris pour notre plus grand bonheur. Alors tenté de faire partie de cette communauté ultra-secrète où seuls les mieux renseignés peuvent y accéder ?

Avant de vous dévoiler notre Top 5 et pour faire durer un peu ce suspens insoutenable, il faut vous raconter la petite histoire de ces bars cachés… Parce que le concept est très sympa, on vous l’accorde, mais ils ne sont pas arrivés là par hasard. Dans les années 20 aux États-Unis, en pleine Prohibition, la fabrication et la vente d’alcool sont interdits. Même si l’on sait que sans alcool, la fête est plus folle, pas moyen de célébrer ces années d’après-guerre en sirotant du jus d’ananas. Des bars clandestins – souvent dans des sous-sols ou à l’arrière des bars – s’organisent donc où il est demandé de parler doucement – speak easy – pour commander de l’alcool. Quelques décennies plus tard, en 2007 à New York, le Please Don’t Tell reprend le concept : pour pouvoir accéder au lieu, il faut appeler depuis la cabine téléphonique d’un petit restaurant. Succès immédiat et début d’une mode…

Maintenant, vous l’avez bien mérité, voici notre Top 10 des Speakeasy à Paris et à New york :

La Candelaria : C’est le tout premier Speakeasy de Paris qui a ouvert ses portes en 2011. Le bar est uniquement accessible par la petite porte du fond d’un petit restaurant mexicain. Grâce au buzz de cette jolie nouveauté dans les nuits parisiennes, la Candelaria est devenue aujourd’hui l’une des meilleures adresses européennes pour boire un cocktail !
52 rue de Saintonge, 3e

le Lavomatic : A découvrir en actionnant la porte du sèche-linge d’une laverie traditionnelle, en grimpant l’escalier et en poussant la porte de cet appart’ qui ressemble à une coloc d’étudiant ! Si vous ne vous laissez pas tenter par la carte des cocktails plutôt originale, vous pourrez siroter un bon verre de vin.
30 Rue René Boulanger, 10e

le Baranaan : Si vous avez trouvé l’entrée dans le mur du fond du restaurant indien, félicitations ! Vous voilà maintenant plongé dans un… wagon de train. Des parfums de cocktails exotiques et des naans pour épancher sa soif !
7 rue du Faubourg-Saint-Martin, 10e

le Blaine Bar : Une porte bien noire marque l’entrée de ce bar, mais pas question d’y accéder sans donner le mot de passe qui change tous les soirs ! Des escaliers cracra, des couloirs un peu glauques et on arrive enfin dans ce bar à la déco XIXe siècle avec fauteuils dépareillés, têtes de cerf aux murs et un petit coin où joue un groupe de jazz. Une bonne chose : le bar est ouvert jusqu’à 5h du mat’ !
65 rue Pierre Charon, 16e

le Moonshiner : De l’extérieur, une pizzeria (Da Vito) tout ce qu’il y a de plus normale sauf qu’au fond de celle-ci, derrière la porte de la chambre froide (hum…) se cache le Moonshiner. Une atmosphère tamisée pour ce bar cosy tout droit sorti des années 30. Avis aux amateurs de whisky, ce speakeasy est fait pour vous !
5 rue Sedaine, 11e

le Ballroom du Beef Club : Une fois la lourde porte poussée sur laquelle rien n’est écrit, il faut descendre un étroit et sombre escalier un peu bancal et mal éclairé pour découvrir ce bar à cocktails underground ! Ambiance feutrée, cocktails à tomber et un peu de place pour danser si l’envie vous en prend.
58 rue Jean Jacques Rousseau, 1er

le Little Red Door : Dans un renfoncement éclairé, une porte rouge digne d’un conte d’Alice aux Pays des Merveilles. A l’intérieur, de bons cocktails, des bière belges et des trucs à grignoter dans une ambiance chaleureuse. Toutefois, méfiez-vous des apparences, l’entrée n’est peut-être pas si évidente.
60 rue Charlot, 3e

la Mezcaleria : Il faut traverser les cuisines de l’hôtel aux 4 étoiles 1K pour accéder à ce speakeasy, repère de la culture sud-américaine aux cocktails plutôt exotiques.
13 boulevard du Temple, 3e

le Syndicat : Une façade recouverte d’affiches de concerts qui ne laisse rien présager et qui ne fait pas rêver… Mais une fois la porte franchie, vous atterrissez dans une ambiance feutrée et dorée, avec une carte 100% frenchie.
51, rue du Faubourg-Saint-Denis, 10e

l’Orphée : Situé dans le South Pigalle, entre les sex shops, et autres bars à hôtesses, il faut trouver la bonne entrée ! Une fois dans le hall de l’immeuble, sonnez à la petite porte sur le côté pour découvrir ce bar à la programmation musicale originale.
7 rue Pierre Fontaine, 9e

Employees Only : Il faut traverser un restaurant assez banal, se diriger vers les cuisines, transgresser l’interdiction « Employees only » et franchir une petite pièce qui ressemble à un chalet suisse ! Le sacro-saint est enfin à portée de main (ou de verre). Les barmen sont des experts et ça se goûte ! Le plus : même à 3h du mat’ vous pouvez grignoter un petit quelque chose…
510 Hudson Street, West Village

Little Branch : Une fois passé une lourde porte en métal sans indication particulière, il faut descendre en sous-sol pour découvrir ce speakeasy à l’ambiance cosy chic. Canapés en cuir dos à dos comme dans un wagon de train, c’est l’un des meilleurs lieux de NY pour boire un cocktail.
20 7th Avenue S, West Village

Angel’s share : A cette adresse, vous atterrirez dans un restaurant japonais ! Il ne faut pas hésitez à pousser la porte en bois au fond du resto pour découvrir un bar années 20, l’un des plus reconnus pour déguster un whisky.
8 Stuyvesant St., East Village

Please Don’t Tell : Comme le Death & Compagny, c’est devenu l’une des places les plus connues. Mais pour y accéder, il faut toujours décrocher un téléphone qui n’a pas sonné et atteindre que l’on vous réponde. Ensuite, si vous avez réservé, vous aurez le droit de pousser l’un des murs de la cabine téléphonique ! Ambiance tamisée et cocktails réussis sont au programme d’une soirée underground.
113 St Marks, East Village

Back Room : Caché derrière un magasin de jouets, ce speakeasy serait au même emplacement que celui des années 20… Ici, on pousse le jeu de la prohibition jusqu’au bout : on ne boit que dans des tasses à thé ! Mais on vous rassure, on se fait très bien au fait de boire des cocktails le petit doigt en l’air.
102 Norfolk Street, Lower East Side

the Blind Barber : Une fois passé les sièges inclinés et les rangées de peignes, accédez au bar en arrière-salle de la boutique de barbier. Murs recouverts de tableaux, gros fauteuils en cuir et une carte des cocktails très originale ! Sachez que si vous commandez un simple whisky coca, le barman sera très vexé…
339 E 10th St, East Village

Attaboy : Pas l’ombre d’un bar à cocktail… Et pourtant, on toque au numéro 134, la porte s’ouvre sur un bar tout en longueur semblable à un wagon de l’Orient-Express. Il n’y a pas de carte ici, c’est le barman qui choisit ! Vous êtes plutôt Tequila ou Gin ? Sucré ou amer ? Vous n’aurez jamais deux fois la même chose !
134 Eldridge Street, Lower East Side

Raines Low Room : Cherchez la porte sur laquelle rien n’est indiqué, pressez la sonnette, montrez patte blanche et espérez avoir une table de libre pour déguster ces cocktails du tonnerre…
24E 39th, Flatiron District

the Fig 19 : Un videur assis sur les marches d’une galerie d’art, mais aucun bar à l’horizon. Il faudra négocier avec le videur qui vous posera plusieurs questions avant de vous laisser entrer et de vous montrer le chemin à travers la galerie.
131 Chrystie St, Lower East Side

Beauty & Essex : Il faut pousser la porte d’un préteur sur gage pour découvrir ce bar ! Après avoir traversé la boutique et admiré les guitares accrochés au mur, vous pourrez vous installer dans les canapés en cuir pour tester des cocktails sympathiques. Vous pouvez aussi y dîner…
146 Essex Street, Lower East Side

 

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Balade dans Greenwich Village : les incontournables...
  2. Les meilleures salles de concert de Paris et de New York

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*